Message du directeur diocésain

« Vivre une école des visages et des rencontres »
Patrick Lamour - Directeur diocésain

Vivre « l’école des visages et des rencontres » s’inscrit dans la dynamique du sillon des années précédentes, qui articule « alliance »,« éducation à l’espérance », « fraternité » et « accompagnement ».Les propositions de formation déployées de l’école maternelle jusqu’à l’enseignement supérieur s’enracinent ainsi dans le projet d’éducation et dans les  orientations de l’Enseignement catholique du Finistère.

Les défis et les enjeux auxquels répond toute proposition d’éducation en cette deuxième décennie du XXIe siècle s’inscrivent dans  un contexte d’évolutions de diverses natures : évolutions démographiques, transformations économiques, accélérations numériques  et digitales, préoccupations environnementales, transformations sociétales. Ces évolutions et ces transformations traversent l’école parce qu’elle est au coeur de la société et qu’elle entretient des relations étroites avec son environnement.

L’année scolaire 2019-2020 s’est ouverte dans un contexte de réformes multiples :

  • Poursuite de la réforme de la voie générale et technologique du lycée ;
  • Réforme de la voie professionnelle du lycée,
  • Réforme de la formation en apprentissage,
  • Projet de réforme de la formation initiale des maîtres,
  • Mise en oeuvre de la Loi pour l’école de la confiance adoptée par le Parlement en juillet 2019, dont les principales dispositions  concernent l’abaissement de l’âge de la scolarité obligatoire à trois ans, l’incitation à développer des réponses pédagogiques personnalisées, le renforcement de l’école  inclusive, et l’extension des possibilités d’expérimentation pédagogique.

L’Enseignement catholique du Finistère porte cette année trois chantiers majeurs :

  • La poursuite de l’accompagnement et de la présence en  proximité auprès des établissements et des personnes, dans le cadre de l’exercice de la tutelle ;
  • La réflexion prospective afin de construire ensemble l’avenir ;
  • La poursuite de l’exploration éducative et de l’initiative pédagogique des communautés éducatives.

Pour répondre à ces enjeux et à ces chantiers, et pour habiter les évolutions éducatives avec la proposition éducative singulière qui est la sienne, l’Enseignement catholique, dont le projet d’éducation est enraciné dans le message de l’Évangile, a souhaité vivre et faire vivre « La responsabilité en partage ». Cette ambition se
traduit par :

  • Une école de l’hospitalité, c’est-à-dire une école qui vit l’accueil et qui vit de l’accueil de chacune et de chacun
  • Une école de l’explicitation, qui dit ce qu’elle fait, qui fait ce qu’elle dit, qui dit pourquoi et comment elle le fait.
  • Une école du décloisonnement, qui fait tomber les murs, qui construit des ponts et des passerelles, et qui s’ouvre de l’intérieur.
  • Une école de la participation de tous, qui permet et qui reconnaît l’engagement de chacun dans la construction de la « Maison commune ».

Ces engagements constituent des exigences de haute tenue. Ils prennent tout leur relief en regard de la responsabilité qui est confiée à l’école vis-à-vis des enfants et des jeunes. Dans l’Exhortation apostolique post synodale Christus vivit, le Pape François nous indique :

« Un jeune ne peut pas se décourager, il doit rêver de grandes choses, chercher de larges horizons, aspirer à plus, vouloir conquérir le monde, être capable d’accepter des propositions provocantes et souhaiter apporter le meilleur de lui-même pour construire quelque chose de meilleur. Voilà pourquoi j’invite avec insistance les jeunes à ne pas se laisser dérober l’espérance, et je répète à  chacun : « Que personne ne méprise ton jeune âge » (Première Lettre de Saint-Paul à Timothée 4,12) » (Paragraphe 15 de Christus Vivit)

L’Enseignement catholique, associé par contrat à la mission d’éducation de la nation au bénéfice de sa jeunesse, fait vivre cette mission d’éducation et participe aux évolutions à venir avec le Caractère propre qui est le sien, avec la proposition qualifiée qui est la sienne.

L’auteur-compositeur-interprète québécois Alexandre Poulin, à la fois poète, philosophe, conteur, et dans une autre vie professeur, dans la chanson « L’écrivain », exprime les rêves d’un enfant et la manière dont son professeur a révélé cet enfant à lui-même :

« Moi je rêvais d’être écrivain
Il y avait Monsieur Désilet, fin et disponible, qui m’avait
pris sous son aile et croyait en mon talent subtil
Mon prof inspirait confiance, je voulais croire un peu aussi
que j’avais peut-être une chance

Laisse-moi te regarder maintenant, je suis si fier de toi »

Nous sommes ainsi invités à être ces éducateurs qui inspirent la confiance et contribuent à révéler la subtilité des talents des élèves que nous accueillons et accompagnons, et qui permettent ainsi de « vivre et de faire vivre cette école des visages et des rencontres », tout entière au service de la personne et des personnes.

En vidéo

Message aux communautés éducatives

La présence de l'enseignement catholique

Les axes majeurs de l'Enseignement catholique du Finistère

Les établissements
et formations

Pour connaître les établissements et formations du Finistère, visualisez notre carte et prenez contact.

Devenir enseignant
dans le Finistère

L’Enseignement catholique recrute.
Trouvez ici toutes les informations utiles

Flux Facebook

Flux Twitter